Archives de catégorie : Sorties longues

Cela s’est passé cet été dans les alpes

En attendant des images des autres participants et avant un diaporama plus complet en 150 diapos, voici quelques photo du camp de cet été et des itinéraires pratiqués :

Pour commencer la Dibonna 4 voies faites sur le contrefort gauche et 2 de la base à la pointe. (je vais tacher d’améliorer le tracé)

Une dans la tête de la May, des dalles qui ne dépassent pas le 5. Une combinaison de Pujolidalle et nimo ni maye. 11 longueurs de 40 m…
Comme à Ceyrat avec un peu moins de plaquettes.

La suite dans Ganitude puis jusqu’au sommet.
On part à pied du camping, jusqu’au névé à droite, puis doit vers la crête (là où elle fait une marche à 90°) que l’on suit jusqu’au sommet.
Que du bonheur. Les horaires commences à s’allonger, frontale de rigueur.

Pour finir une très grande ballade autour de l’Olan.
Le tour part les crête de gauche, montée au sommet par l’arrête NO, descente par derrière, contournement de la montagne, retour par les éboulis de droite et descente au fond de la vallée. (+ 2 000 m – 2 700 m)
Pause dînée au refuge et retour dans la foulée à la voiture, arrivée très tôt le matin.
Horaire donné en 13 H sans les pauses, nous avons fait 50% de rab, mais l’accueil au refuge de Fond Turbat cela ne se refuse pas.
Un grand merci à Sophie qui vous envoie son fils avec une frontale pour retrouver le refuge et vous prépare d’avance soupe à la lentille maison, gratin de blette (délicieux) fromage bio, tarte à la myrtille, flan au chocolat. un vrai refuge à fréquenter. D’autres beaux projets nous tendent les bras.

Un Toubkal, sinon rien !

L’idée d’un voyage trottait dans les esprits de quelques uns. Le projet a pris forme et s’est arrété sur un itininéraire : le TOUR DU TOUBKAL (plus haut sommet d’Afrique du Nord). Je situe au cas ou, destination Maroc.

C’est un itinéraire à caractère montagne bien marqué (normal vous me direz), et assez "sportif". Plusieurs cols à plus de 3000 m, de belles étapes (7-8 heures), et l’ascension d’un + de 4000 m. On passe dans quelques villages, mais l’isolement sera réel sur une partie de l’itinéraire.

La période envisagée serait fin avril, début mai après les vacances scolaires. Deux raisons dans le choix, éviter qu’il y est trop de monde et s’offrir la possibilité de grimper avec crampons/piolet. Conséquence pas de mules pour le portage, limiter la logistique n’est pas un mal non plus.

Hébergement prévu :
– hôtel-gîte dans les villes.
– chez l’habitant, en refuge, et 1 nuit sous tente ou bergerie pendant l’itinéraire.

Durée : une dizaine de jours.

Coût : dans les 650 euros.

Nombre de personnes : 6 – 8 maxi.

En résumé pour les intéréssés, il faut être en forme, adaptable aux conditions météo, d’hébergement/repas et le bonheur sera au rendez vous.
A+
Olivier